Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 12:44

ça y est, je l'ai fait ! L'accessoiriste est sur The book Edition : 

link

Si vous voulez me faire plaisir, vous pouvez me laisser un commentaire sur le site

Je vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année, gros bisous à tous 

 

 

Repost 0
Published by elsamuz - dans Elsactualité
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 06:33

Cli cli cli cli Cli cli cli cli Cli cli cli cli Cli cli cli cli Cli cli cli cli....

 

Mes grands yeux noirs sont grands ouverts dans le noir.

J’ai mangé trop de chocolat noir.

 

Cli cli cli cli Cli cli cli cli Cli cli cli cli Cli cli cli cli Cli cli cli cli....

 

Décidément la pluie n’a pas beaucoup de vocabulaire, je me lève. 

 

Il est 5 h. Elsapatique est pathétique ce matin, c’est le miroir qui l’a vu. Je bois un coup et repars sous la couette. La nuit n’a pas fini.

 

Cli cli cli cli Cli cli cli cli Cli cli cli cli Cli cli cli cli Cli cli cli cli....

 

Un gris hésitant se propage dans la pièce et je souris de voir comme il donne aux couleurs criardes leurs lettres de noblesse. 

 

Lentement le gris avance, en faisant des claquettes vers une nouvelle journée à naître... où je serai peut être, sous le soleil, elsactement.

 

 

“Il faudrait parvenir à cette sagesse élémentaire de considérer les ténèbres où nous allons sans plus d’angoisse que les ténèbres d’où nous venons. Ainsi, la vie prend son vrai sens : un moment de lumière.”

Paul Guimard Extrait de Le mauvais temps


Repost 0
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 07:13

Il est 2 heures du matin quand je suis réveillée par la porte de ma chambre qui s’ouvre doucement, Rocco passe la tête, je lui dis :

 

- Pour commencer tu vas me rendre mon portable.

 

Il s’exécute. 

 

- Et maintenant, j’attends des explications.

 

Il regarde par terre, comme s’il avait fait une connerie, on dirait ma fille.

 

- Tu étais où ? Et dépêche toi, je suis fatiguée.

 

- Je suis rentré chez moi, à la boutique Cyberland où tu m’as acheté. Je voulais voir les nouveautés. Merci pour ton téléphone au fait, ça m’a permis de valider quelques demandes...

 

- C’est à dire ??

 

- De nouvelles fonctions, pour être plus performant et plus ludique. Mais je n’ai pas payé avec ta carte bleue, j’ai un compte en ligne maintenant que je travaille.

 

- Bonne nouvelle ! Et donc, quelles sont ces nouvelles fonctions ?

 

- Mieux que de l’expliquer, je peux te faire une démo si tu veux.

 

Il se penche pour m’embrasser, je l’arrête.

 

- Attends 3 secondes, hmmmppff... Tu sens le gâteau, toi !

 

- Oui, je mange maintenant...

 

Il sourit, ses dents sont pleines de chocolat, il va falloir que je lui achète une brosse à dent ! Je plonge timidement ma langue dans sa bouche où une vague de chocolat noir déferle et me transporte dans un baiser soyeux et puissant. A petites gorgées, je bois ce chocolat dense et crémeux, avant de m’échouer de plaisir, endormie, entre le sensuel et le divin. 

 

La phrase du jour :

 

“Neuf personnes sur dix aiment le chocolat ; la dixième ment.” John G. Tullius

 

Repost 0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 08:31

- Mariiiie ! Je sors faire des courses, est ce qu’il te faut quelque chose en particulier ?

 

Elle sort de sa chambre.

 

- Ah oui ! Alors surtout pas de bonbons, pas de gâteaux, pas de chocolat... et je te préviens que maintenant je vais manger très peu le soir parce que tu fais trop à manger Maman !! Et j’ai pas envie de devenir obèse...

 

- Ouh la la ^^ C’est bon Marie, ne t’énerve pas, tu n’es pas grosse quand même mais d’accord, j’ai compris... je vais faire léger ce soir. Sinon tu sais où est passé Rocco ?

 

- Ah non. Et d’ailleurs ça me fait penser qu’il ne m’a pas rendu ma copie de maths...

 

- Et moi, mon téléphone portable, ça commence à m’inquiéter là... Sinon, tu ne lui fais pas faire tes devoirs à ta place, j’espère ?

 

- Ah bah non, il veut pas... Mais il devait me corriger et il est parti sans prévenir, alors si j’ai un zéro en maths, ce sera de sa faute, hein !

 

Je l’appelle mais tombe sur la messagerie, je raccroche.

 

- Bon Marie, cette fois j’y vais... J’ai envie de prendre des fraises en dessert, ça te va ?

 

- Ok, j’adore ! Mais avec de la chantilly alors...

 

La phrase du jour :

 

“Dois-je faire mon régime avant, pendant ou après les repas ?” Anonyme

 

Repost 0
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 07:28

Je suis tendue aujourd’hui, et en avance pour mon rendez-vous avec la psy. Il pleut des cordes et je l’attends dans un café en face du parc, elle est en retard... 

 

- Champagne ?

 

Elle me dit... la mine défaite et trempée par la pluie, y a un truc qui colle pas.

 

- Euh... Ah bon ? Et on fête quoi...

- Je ne sais pas encore, mais on va trouver.

 

J’en profite pour rebondir sur Kirbic.

 

- Peut être les bonnes nouvelles au sujet de votre collègue ? Comment va t-il...

- Boris se remet doucement de son agression.

 

- Ah bon, et qu’est ce qui s’est passé ?

- Je ne sais pas. Et lui-même n’en a aucun souvenir. En fait, vous êtes la dernière personne à l’avoir vu à l’hôtel Crillon, avant qu’on ne le retrouve à moitié inconscient à la station Stalingrad. Alors je vous renvoie la question : à votre avis, qu’est ce qui a bien pu se passer ?

 

Je reste bouche bée dans un silence qui me pèse...

 

- Ne soyez pas stressée, je n’en ai pas parlé à la police. Je voulais mener ma propre enquête... Belle facture d’hôtel, au fait ^^

- Ah bon... Et sinon vous êtes flic ou psychanalyste ?

 

- Ni l’une ni l’autre... Et cette conversation n’est pas un interrogatoire. J’avais besoin de faire votre connaissance, c’est tout. Je n’ai pas eu beaucoup de chance dans ma vie, vous savez... Je n’ai jamais pu être une enfant, ni vraiment une adulte. Ma mère était mongolienne et elle ne pouvait pas s’occuper de moi, alors j’ai poussé comme une plante verte qu’on aurait posé devant la fenêtre. Et puis un jour, j’ai rencontré Boris... Comme il était marié, je suis d’abord devenue sa maîtresse, c’était la première fois qu’on s’intéressait à moi, j’étais folle de lui... Quand j’ai découvert qu’il était violent, c’était trop tard, nous étions mariés. Mon calvaire a duré 28 ans, jusqu’à son agression... Et je ne sais pas pourquoi mais j’ai le sentiment que vous êtes la seule personne à qui je peux confier la joie que cette libération me procure... Merci de m’écouter.

 

- Serviteur.

 

- Mais je ne cesserai jamais de me demander ce qu’il s’est passé... 

 

Le serveur apporte la bouteille et nous sert 2 coupes de champagne.

 

- Désolée Maude, je ne sais pas non plus. Et quand je l’ai quitté, il allait bien et il dormait. Il a dû faire une mauvaise rencontre à sa sortie de l’hôtel. Alors, à quoi buvons nous ?

 

- Aux sombres mystères... Et aux lumineuses rencontres ! 

 

Elle sourit. Et moi aussi, tchin !

 

La phrase du jour :

 

“Il y a toujours de l'espoir après les déboires, de l'espoir qui désaltère quand les dés semblent jetés...” Edouard Nicolas

 

Repost 0
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 06:49

Toujours mes sacs, le monde, ces gares, avec ce sentiment étrange d’avoir oublié quelque chose mais peu importe... c’est l’esprit léger que je repars en tournée ! Mon téléphone vibre dans ma poche, je le sors.

 

- Bonjour Zaza

- Bonjour Rocco, dépêche-toi, je suis dans le métro.

 

- Tu t’es trompée de portable en partant ce matin, tu as pris le mien.

- Quoi ??

 

Je jette un coup d’oeil rapide, il a raison ! 

 

- Bon, c’est la merde. Mais c’est pas la fin du monde. Tiens moi au courant si on m’appelle d’accord ? Et pas d’initiative hein... sauf si y a urgence bien sûr, on se tient au courant.

 

Et je raccroche car voilà Gustave qui arrive, directement de Guadeloupe. Il est comme moi, pas réveillé avec du brouillard sur ses lunettes mais je devine déjà ce qu’il va me dire...

 

- On va où aujourd’hui ?

- Gustave...

 

- Quoi ?

- Tu t’es trompé de valise ! tu as pris la grise à la place de la bleue...

 

- Ah... merde ! Bon bah, c’est pas grave, on va bien réussir à faire un spectacle quand même, y a quoi comme accessoires là-dedans ?

 

Pfiou^^ Alors là, je ne sais plus moi... mais nous sommes interrompus par un fan qui s’approche pour le saluer.

 

- Bonjour, excusez-moi de vous déranger mais vous êtes connu, non ? Je  crois que je vous ai vu à la télé... Vous êtes Patrick Topaloff ?

 

La phrase du jour :

 

“L’erreur, comme le rire, est le propre de l’homme. Mais infiniment plus créatrice.” Roland Topor


Repost 0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 10:51

Je n’ai jamais marché aussi vite pour rentrer chez moi. Avec cette idée fixe qui me stresse : me débarrasser de la mèche de Kirbic. Je ne sais pas ce qui lui est arrivé mais j’ai un mauvais pressentiment. Et je me sens responsable, voir coupable... j’arrive enfin à la maison.

 

- Rocco !

- Oui Zaza.

 

- La mèche de Kirbic, elle est où ?

- Bonjour Zaza... Tiens.

 

Il me tend un petit coussin.

 

- C’est quoi ça ?

- La mèche de Kirbic, mélangée à 5000 autres mèches et ADN différents, le tout réuni dans ce petit coussin en coton, lavable à 30°. Ne pas mettre au sèche-linge que tu n’as pas.

 

Je l’attrape par le cou et lui fais un gros smack sur sa bouche de robot cyliconé. 

 

- Tu es génial ^^ Bravo Rocco ! Et on peut savoir où tu as trouvé tous ces cheveux ? 

 

- Chez le coiffeur, j’ai travaillé dans plusieurs boutiques. Sinon, ne sois pas trop inquiète Zaza, la police française c’est pas le NCIS ni les Experts Miami... Kirbic allait très bien quand on est parti, tu ne lui as rien fait de mal. Tu t’es juste défendue et tu n’as rien à te reprocher.

 

Je m’écroule dans le canapé, la tête sur le petit coussin doux et moelleux.

 

- Il est parfait ^^ Il faudra penser à lui faire des petites taies sur mesure... 

 

- Mamaaaan ?

 

Voilà Marie qui rentre.

 

- Tu ne devineras jamais ce qu’il se passe !!  Ruddy s’est encore fait chopé par les flics, et comme il y a récidive, il va faire 2 mois de prison, je vais aller le voir avec Francky.

- Le voir où ? En prison ??

 

- Bah oui ^^

- Bah non Marie.

 

- Bah pourquoi ?

- Parce que la prison c’est pas le Club Med, figure toi !! On n’y circule pas comme ça, surtout quand on est mineur... Et de toutes façons, il est absolument hors de question que QUI QUE CE SOIT dans cette maison mette les pieds dans une prison, AI-JE ÉTÉ SUFFISAMMENT CLAIRE ? 

 

- Bah qu’est ce qu’il t’arrive, Maman, t’énerve pas...

- JE NE SUIS PAS ÉNERVÉE MAIS SI CA CONTINUE JE VAIS TOUS NOUS ENFERMER !!!

 

- Mais non, c’est bon... Oh la la ^^ T’as tes règles ou quoi ?!

- ET NE ME PARLE PAS SUR CE TON S’IL TE PLAÎT !! Va faire tes devoirs...

 

La phrase du jour :

 

“Le pire des malheurs en prison, c’est de ne pouvoir fermer sa porte.” Stendhal Extrait de Le rouge et le noir.

 

Repost 0
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 08:49

Il est 15h01 et elle n’est pas là, ça commence bien, tiens !!

Encore une psy à 2 balles qui me donne rendez-vous dans un parc et qui est en retard, super !! Bon... De toutes façons, je m’en fous. Je vais me poser 5 mn sur ce banc et si elle n’arrive pas, je me casse.

 

- Bonjour Elsa... Alors, est ce que tu es heureuse ?

 

Je suis saisie. Par cette question venue de nul part et me tourne vers la femme, assise sur ce banc qui parle sans me regarder. Son regard couve droit devant des enfants qui jouent... 

 

- C’est compliqué... Bonjour Madame.

- C’est compliqué de savoir si on est heureux ?

 

Elle me regarde. Me cueille et m’absorbe, je détourne la tête. 

 

- C’est compliqué d’y répondre. Vous êtes donc le Dr... comment déjà ? J’ai mal compris hier au téléphone.

- Maude Marquet... Mon dieu, quelle erreur.

 

- Pardon ?

- Cette jeune maman vient de faire une erreur.

 

- Ah bon ? Et laquelle...

- Quand un enfant en frappe un autre, c’est une façon pour lui d’attirer l’attention de sa mère et si elle se précipite sur lui, il a gagné. Il faut toujours commencer par consoler celui qui a subi une injustice.

 

- C’est vrai... et on y pense pas forcément, c’est intéressant ce que vous dites ! Et c’est pour cette raison que nous sommes au parc alors, pour observer la vie ? 

- Oui et non. Le cabinet médical est au centre d’une enquête de police... Et notre récréation ici va peut être durer plus longtemps que prévu.

 

Je me concentre sur ma respiration, que je veux lente et profonde afin de calmer mon trouble.

 

-  Ah bon... Et qu’est ce qui s’est passé ?

- Je ne sais pas... Et pour l’instant, personne ne sait. C’est comme pour le bonheur.

 

La phrase du jour :

 

“La quête du bonheur est vaine mais tout faire pour que le monde s’améliore vous procure forcément un vrai bonheur.” Karl Popper

 

Repost 0
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 08:46

C’est difficile de ne penser à rien, surtout quand on n’a rien à faire. En fait, le rien appelle le tout, ça défile... Curieux moment pour Elsattend où le passé a rendez-vous avec le futur, dans un présent trop étroit de ce triste métro parisien, c’est moche. Parfois, je me demande ce que je fous ici... Mon téléphone sonne, un numéro inconnu s’affiche.

 

- Madame Frézin ?

- Oui.

 

A moins que je ne sois passée Frézdeux mais je crois pas...

 

- Bonjour Madame, Docteur Maude Marquet à l’appareil, je vous appelle pour vous informer que je reprends la clientèle de Monsieur Karvynski qui ne pourra pas vous recevoir demain.

 

Au secours ^^, c’est la remplaçante de Kirbic, heureusement je suis assise.

 

- Excusez-moi, je suis dans le métro, je ne vous entend pas très bien. Il y a un problème ?

- Non, et je vais être rapide. Je vous propose un rendez-vous demain à l’heure habituelle mais pas au cabinet, on va se voir à l’entrée du parc en face. Est ce que cela vous convient ?

 

NoOOOoon ^^

 

- Euh... Oui.

- Très bien. Et ne vous inquiétez pas, si on ne se trouve pas, je vous appellerai sur le portable, bonne journée.

 

Et elle raccroche. J’ai peur tout d’un coup. 

 

“J’ai peur du passé, du présent, du futur, du passé simple et du plus-que-parfait du subjonctif.” Georges Wolinski

 

Repost 0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 08:26

Il y a des oeuvres exceptionnelles qui vous laissent en rade de vocabulaire, perdu comme Elsabassourdie dans cette foule silencieuse. 

 

MONUMENTA : c’est le titre de l’exposition d’Anish Kapoor au Grand Palais. 

 

Et il n’y a pas d’autre mot, désolée.

Je regarde Maman pour voir ce qu’elle pense.

Mais elle est comme moi, égarée dans ses repères sensoriels, bouche bée.

 

Elle est arrivée ce matin de bonne heure en disant :

 

- Excuse moi, je suis en retard... Y avait des bouchons !

- T’inquiètes pas Maman, y a encore du café.

 

C’est la première fois que je la vois et déjà je ne trouve pas les mots pour le dire... Mais c’est pas grave, ce sera une journée sans mots. Plongée dans une joie enfantine où je fais la grande, j’apprends Maman.

 

- Oh ^^ C’est nouveau ça ! Tu l’as trouvée où ?

 

Elle est en admiration devant l’armoire de ma chambre.

 

- Dans une brocante, mais la serrure fonctionne mal...

- T’inquiète pas, on va changer ça.

 

Et nous voilà parties à Bricorama où elle achète tout ce qu’il faut avant de m’apprendre à visser, dévisser, poncer, ajuster... Sans jamais renoncer car Maman n’est pas du genre à se déclarer vaincue devant une serrure. 

 

Après le bricolage, nous sommes allées à la piscine au bout de ma rue. Une habitude qu’on a sans doute, je suppose... Elle me l’a proposé et je n’ai pas discuté, comme pour le bricolage ainsi que l’exposition... D’ailleurs, je ne vois pas ce que j’aurais pu lui refuser en ce jour si particulier où dans son regard bleu azur, je suis née.

 

La phrase du jour :

 

“Maman, est-ce que j’ai quelque chose à moi qui ne soit pas à vous ?” 

Emile Zola

 

Repost 0

Profil

  • elsamuz
  • Merci de prononcer "Elle s'amuse" et non pas "Elza m'use" ou je retourne dans le ventre de ma mère...
  • Merci de prononcer "Elle s'amuse" et non pas "Elza m'use" ou je retourne dans le ventre de ma mère...

Recherche

Pages